Orchestre d'harmonie d'Évreux
 
pt_rangeetrompettes

Nous sommes à Évreux en 1852. L'unique fanfare ébroïcienne de la ville, qui était alors rattachée à la garde nationale, est supprimée. Cet événement provoque la stupeur et la consternation de tous les amateurs de musique. Sensible à une pétition de ses administrés, le maire de la ville décide alors de créer en 1856 un corps de musique de la ville, plus connu ensuite sous le nom de Musique municipale. Il possède des caractéristiques identiques aux anciennes musiques militaires : même discipline, mêmes uniformes, à la différence que le chef d'orchestre est désormais nommé par l'administration municipale.

Dès la première année, la Musique municipale compte 56 musiciens amateurs, libres d’y adhérer et d'en démissionner. La discipline exigée d'eux est particulièrement stricte : amendes en cas d’absence ou de simple retard, port de la tenue réglementaire, épaulettes, sabre. Par ailleurs, un professeur de musique y est affecté.

Entre 1876 et 1880, les projets de réorganisation sont nombreux : on pense même annexer la Musique aux pompiers. Le costume militaire est abandonné, mais le port de la "caquette d'un modèle adopté par le Conseil d'administration" est institué. Cette exigence fait d'ailleurs l'objet d'un article dans le règlement intérieur. La discipline reste cependant très stricte et le demeurera encore plusieurs décennies.

Le 22 février 1912, la Musique municipale d'Évreux, fondée sous le patronage de la municipalité, passe du statut de "société" au statut d'association Loi 1901. Ses statuts évolueront au fil des années, mais son titre demeurera le même jusqu'au 15 mai 1997 date à laquelle elle deviendra l'Orchestre d'harmonie d'Évreux (OHÉ), un ensemble musical formé de plus 70 musiciens amateurs.

En 150 ans, sept chefs d'orchestre se sont succédés pour diriger l'OHÉ : Mr Sonvoisin (1856-1880), Mr Dubois (1880-1893), Mr Clérisse (1893-1936), Mr Berlioz (1936-1967), Mr Lion (1967-1977), Mr Aubin (1977-2002), et, depuis 2002, Mr Patel.

ZOOM SUR ÉMILE CLÉRISSE
pt_block189643_clip_image001

Émile Clérisse, né à Gaillon dans l'Eure, le 20 mars 1856, dirigea la Musique municipale d'Évreux pendant plus de quarante ans.

Il fut le fondateur en 1897 de l’Union des sociétés musicales de l’Eure qui deviendra plus tard la Fédération musicale de l’Eure. Il faudra attendre 1903 pour qu'il propose un plan afin d'uniformiser la réglementation des différentes sociétés. Ce travail se concrétisera en 1905 avec la création de la Fédération musicale de France dont il sera nommé Vice-président. Cette Fédération deviendra un an plus tard, la Confédération musicale de France (CMF) dont il fut l'éminent Président de 1912 à 1935.

Émile Clérisse a ainsi fortement contribué à l'épanouissement du mouvement orphéonique d'aujourd'hui.

LES MANIFESTATIONS MUSICALES DE L'ORCHESTRE
pt_block189656_clip_image002

En 1893, la Musique municipale d'Évreux est destinée à "l'étude et l'exécution de la musique instrumentale et l'organisation des concerts publics…, ceux fixés par l'administration municipale au jardin botanique et tout autre service demandé par les administrations municipales et préfectorales est obligatoire" .

Un siècle plus tard, l'Orchestre d'harmonie d'Évreux, dont l'objet est l'étude, l'exécution et la promotion de la musique d'ensemble pour instruments à vent, modifie ses objectifs et élargit son rayonnement.

S'il doit apporter pédagogie et assurer l'exécution de la musique pour orchestre à vent en coordination avec l'École nationale de musique d'Évreux, il veut aussi sensibiliser à l'art musical les habitants d'Évreux et de son agglomération, participer au rayonnement de la Ville d'Évreux et de son agglomération en organisant ou en intervenant dans des manifestations musicales, hors agglomération, en France ou à l'étranger .

SON CONCOURS PORTÉ LORS DES DIVERSES MANIFESTATIONS

La Musique municipale participe en effet à diverses manifestations comme les comices agricoles, les inaugurations, les célébrations, mais aussi les fêtes comme celle de la Sainte-Cécile . Lors de la première guerre mondiale, avec d'autres intervenants de renom, elle apporte plusieurs fois son concours à l'occasion du diner-spectacle "Matinée et Soirée" organisé au Théâtre d'Évreux "au bénéfice de l'œuvre des prisonniers de guerre, de la société française de secours aux blessés militaires, de l'association des dames françaises, de l'œuvre des musiciens au front ou prisonniers de guerre" .

Aujourd'hui, l'Orchestre d'harmonie d'Évreux participe aux manifestations commémoratives telles que l'armistice du 11 novembre 1918, l'appel du 18 juin 1940 ou encore la libération d'Évreux du 23 août 1944. A l'occasion de la Sainte-Cécile, il se produit à la cathédrale d'Évreux. Outre l'organisation de concerts gratuits dans la ville auprès de tous les publics, il répond aux diverses sollicitations et participe à des inaugurations de toutes sortes comme le vernissage d'une exposition à portée nationale, du peintre contemporain Gérard Fromanger, en septembre 2006.

pt_ohe_photos_archives_060
pt_block189689_clip_image0018
L'ORGANISATION DE SPECTACLES D'AGRÉMENTS

Chaque année, l'orchestre, sous le nom de Musique municipale d'Évreux hier ou d'Orchestre d'harmonie d'Évreux aujourd'hui, organise ses propres concerts, avec parfois le concours d'autres ensembles musicaux, de musiciens ou compositeurs renommés. Joués à la salle de l'Étoile ou au jardin public d'Évreux à la fin du XIXème-début XXème siècle, au Cadran , dans les salles des fêtes des communes du département et des maisons de quartiers au XXIème siècle, ces concerts offrent aux amateurs de musique, des spectacles aux répertoires musicaux très larges à travers lesquels transparaissent les différents styles musicaux des chefs d'orchestre.


Ainsi, en 1923, Émile Clérisse propose aux Ébroïciens la Marche aux Flambeaux de Meyerbeer, Judex de Charles Gounod, l'Ouverture des Noces de Figaro de Mozart ou encore les Valses Hongroises de Brahms. Dans cette continuité, Gérard Aubin, chef d'orchestre de l'OHÉ durant 25 ans, choisit des œuvres de transcription classiques adaptées aux orchestres à vents et ajoute au répertoire des œuvres de jazz ou des musiques de film. La nomination de Thierry Patel en 2002 marque un tournant artistique dans l'histoire de l'orchestre. Il propose en effet aux Ébroïciens et Eurois des morceaux originaux de compositeurs contemporains, spécialement écrits pour orchestre d'harmonie tels que Banju Luka de Jan de Haan, Manhattan Pictures de Jan Van Der Roost et bien d'autres œuvres dont celles de André Waignien, Johan de Meij et Thierry Muller ainsi que des bandes originales de films avec des compositeurs tels que John Williams et Ennio Morricone. A l'occasion des 150 ans de l'orchestre, l'OHÉ passera commande d'une œuvre nouvelle et conséquente au compositeur normand Thierry Muller. Nommée Cévennes, cette pièce d'une haute difficulté technique sera jouée au concert de Gala et d'anniversaire du 21 mai 2006 au Cadran d'Évreux.

L'ORCHESTRE, UN LIEU DE SOCIABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ
pt_block292160_francoisdallet.jpg-format-web

L'orchestre est incontestablement un formidable lieu de sociabilité et de solidarité dont les finalités ont évoluées au fil du temps et des évolutions sociétales. L'une de ses finalités cependant restera intangible : celle de cultiver un esprit de cohésion essentiel à la qualité de ses interventions musicales. Cette sociabilité et cette solidarité transparaissent au travers de trois types d'événements.

La création d'une caisse d'indemnité journalière en 1902

Une caisse dite "d'indemnité journalière" est créée en 1902 . Son but est de "récompenser les membres adhérents pour la part qu'ils apportent par leur zèle et leur assiduité à la prospérité de la musique municipale en leur assurant une indemnité journalière en cas de maladie entrainant une incapacité de travail". Elle est financée par la cotisation mensuelle des membres adhérents, le prélèvement sur les cotisations des membres honoraires de la Musique municipale et sur le produit des fêtes, les quêtes effectuées dans les fêtes, dons, amendes encourues par les sociétaires et intérêts des fonds placés. Aujourd'hui, cette caisse n'existe plus.

Un repas annuel

Pendant la première décennie du XXème siècle , un dîner annuel organisé en fin d'année rassemble les sociétaires – membres exécutants et membres honoraires – autour de riches et copieux mets. Toujours organisé dans un esprit de convivialité, ce repas prend la forme au XXIème siècle d'un pique-nique ou d'un banquet champêtre à la fin de chaque saison musicale en juin. Il réunit les musiciens et leurs familles et peut être précédé d'une aubade lorsqu'il est offert par une municipalité.

Des excursions ponctuelles

Des excursions sont aussi organisées. Ainsi, en août 1913, sollicitée pour donner deux concerts à Jersey, la Musique municipale d'Évreux décide d'organiser une excursion "populaire" Évreux-Jersey. Plus tard, en juillet 1936, c'est une excursion de deux jours au Havre, Étretat et Fécamp qui est proposée par la Musique municipale. Après divers voyages à l'étranger ces vingt dernières années, ces excursions sont toujours organisées aujourd'hui et prennent la forme de stages musicaux afin de perfectionner la pratique instrumentale et pour favoriser la cohésion au sein de l'ensemble orchestral. Le dernier en date a été organisé en Ardèche en avril 2005

 
pt_p5170141

En 2006, l'Orchestre d'harmonie d'Évreux a fêté ses 150 ans d'existence, et a réuni dans la salle du Cadran plusieurs centaines d'amateurs de musique.

Et si les musiciens et le public ne sont plus les mêmes, si le répertoire musical a considérablement évolué, si la salle de l'Étoile s'est transformée en Palais des Congrès, une chose cependant n'a pas changé : le plaisir de jouer, le plaisir d'être ensemble, le plaisir de partager et d'offrir.


Philippe Vuillaumié, Président

Le concert des 150 ans !
pt_afficheconcertohe-20060521-a3-cadran-150ans
pt_p5170023
pt_p5170266
pt_p5170096-1
OHE- pulham prelude
© 2009 - réalis. OHE - Mentions légales cf contact
Créer un site avec WebSelf